Pour réaliser leur vœu, ils se sont tournés vers une bonne fée, Terre-en-Vue.

Que produisez-vous ?

Yannick Hostie : Ensemble, nous produisons une grande variété de légumes bios sur deux hectares pour une cinquantaine de légumes, dont 78 variétés de tomates. Nous faisons nous-mêmes notre compost. Nous voulons avoir beaucoup de choix à proposer aux clients. Ces productions à petite échelle sont vendues en circuit court.

Quel est le problème que vous rencontrez ?

Y. H. : Yannick Bette, 26 ans, et moi-même, 55 ans, nous rêvons de travailler ensemble pour développer une activité de maraîchage. Aujourd’hui, nous travaillons sur des terres dispersées et cela nous empêche d’entreprendre les investissements nécessaires. L’installation d’un système d’arrosage et de lavage des légumes, la construction d’un petit hangar pour le stockage du matériel et un autre pour celui des récoltes sont nécessaires. Une installation en commun me permettrait aussi de partager mon expérience maraîchère de plus de 20 ans avec Yannick.

Que fait Terre-en-Vue pour vous aider à concrétiser votre projet ?

Y. H. : Un groupe de coopérateurs de Terre-en-Vue soutient notre projet. Ils ont trouvé un terrain de 7 hectares en friche. Pour l’acquérir, il faut disposer de 180 000 euros. Nous avons déjà récolté 11 % de la somme et il reste à trouver 160 600 euros. L’idée est de développer un projet collectif pour nous deux, mais avec de la place pour d’autres. Terre-en-Vue souhaite y installer un espace-test pour accueillir de jeunes maraîchers qui se lancent dans le métier de maraîcher bio.