Sabine Denis,
CEO du réseau The Shift

 

« Face aux changements climatiques, les enjeux sont aussi importants qu’urgents. En 2015, les accords de la COP-21 et l’inscription des objectifs de développement durable à l’Agenda 2020 des Nations-Unies constituaient des signaux positifs. Les derniers développements politiques tels que le Brexit ou l’élection de Donald Trump les remettent cependant aujourd’hui en cause », pose Sabine Denis.

 

Des organisations pionnières

« Les réseau rassemble des organisations qui se veulent pionnières en matière de développement durable. On y trouve des entreprises, des ONG, des ASBL du secteur non marchand et des pouvoirs publics. Tous ces acteurs ainsi mis en réseau entendent montrer la voie en travaillant sur des projets concrets qui vont au-delà des exigences légales et réglementaires. Par exemple, dans le domaine de l’alimentation, il se donne pour mission de fédérer les parties prenantes tout au long de la chaîne d’approvisionnement : les agriculteurs, les industries de transformation et la grande distribution. L’objectif est qu’ils adoptent des pratiques durables : diminuer la consommation de viande, mais aussi privilégier le local, l’éthique, l’environnemental et le saisonnier. Le réseau incite par exemple les grandes cuisines des collectivités - écoles, entreprises, etc. - à opérer cette transition », explique Sabine Denis.

 

Notre objectif est d’adopter des pratiques durables :
diminuer la consommation de viande, mais aussi privilégier le local,
l’éthique, l’environnemental et le saisonnier.

 

Des objectifs de développement durables

« The Shift est également partie prenante d’une initiative du ministre De Croo dans le domaine de l’aide au développement : la Belgian SDG Charter for International Development. SDG fait référence aux Sustainable Development Goals - objectifs de développement durable - de l’ONU. Une centaine d’organisations belges - pour moitié des entreprises, pour l’autre des ONG et des pouvoirs publics - se sont ainsi engagées à implémenter ces objectifs dans toutes leurs transactions avec les pays en développement, souvent fournisseurs de denrées alimentaires. Ces objectifs englobent l’environnement, mais aussi les droits de l’homme, la création d’emplois durables, le renforcement des compétences des petits agriculteurs, etc. », conclut-elle.