Le Belge qui souhaite investir durablement est à la bonne adresse auprès de sa banque. Pratiquement toutes les banques et tous les gestionnaires de fortune proposent aujourd’hui tout un éventail de produits financiers durables. Il s’agit en l’occurrence de produits, tels que des fonds de placement, dans le cadre desquels le gestionnaire prend non seulement en compte les rendements financiers, mais attache aussi une attention particulière à l’impact sociétal et environnemental des entreprises dans lesquelles les investissements sont consentis.

La durabilité peut toutefois couvrir différentes acceptions. Ce qui se conçoit comme une activité durable ou socialement responsable peut déjà dépendre des convictions ou des sensibilités personnelles. Cette même diversité existe aussi chez les offreurs de produits financiers « durables ». Ce qui ne simplifie pas la tâche pour le Belge qui entend investir son argent de manière socialement responsable.

Afin d’offrir un confort à l’investisseur durable et pour le rassurer sur la durabilité réelle de ce qui lui est présenté comme tel, il importe qu’un produit dit durable satisfasse à tout le moins à quelques exigences de qualité. Car, outre la diversité de convictions, il faut aussi compter avec les thématiques qu’une large part de la société ne considère pas comme durables : ainsi en va-t-il par exemple des armes, du tabac et du charbon.

C’est pourquoi Febelfin a développé, en concertation avec le secteur financier au sens large, des investisseurs, des experts et des représentants de la société civile, une norme de qualité pour les produits financiers durables. Cette norme de qualité définit un nombre d’exigences minimales auxquelles les produits financiers durables doivent satisfaire, que ce soit dans le cadre du processus d’investissement ou du portefeuille de placements. Les produits répondant aux exigences de base, et qui sont, de préférence, encore plus ambitieux, se voient attribuer un label de durabilité.

La norme a été développée sur la base de cinq principes : 1) il existe une stratégie claire axée sur la durabilité; 2) les entreprises ou activités extrêmement nocives sont exclues; 3) il existe une politique transparente concernant les pratiques socialement contestables (par ex. l’énergie nucléaire, l’évasion fiscale, la peine de mort); 4) l’investisseur reçoit des informations claires, compréhensibles et comparables et 5) une institution indépendante vérifie si le produit satisfait effectivement à la norme de qualité.

La norme de qualité définitive sera bientôt consultable sur le site internet de Febelfin. Dans les prochains mois, la supervision et les aspects pratiques seront développés plus en détail, de sorte que les premiers labels puissent être attribués début 2019.