L’adoption le 25 septembre dernier d’un nouveau Programme de développement durable à l’horizon 2030 par les dirigeants politiques du monde entier représente une nouvelle étape incontournable pour garantir notre avenir à tous.

Un nouveau cadre de développement mondial

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui a été adopté à l’ONU, a officiellement démarré le 1er janvier 2016. Il couvre les trois dimensions du développement durable, à savoir : l’économique, le social et l’environnemental. Il comporte notamment 17 objectifs à atteindre (et 169 cibles), ainsi qu’un accord mondial sur le changement climatique. Le combat climatique en est à ses prémisses puisque les données chiffrées montrent que les émissions de gaz à effet de serre engendrées par les activités humaines n’ont jamais été aussi élevées.

Durant les quinze prochaines années, l’ensemble des pays et des peuples vont devoir agir en choisissant de nouvelles voies de développement.

Les objectifs1 définis dans ce Programme visent ainsi à éradiquer la pauvreté et la faim, à permettre à tous d’accéder à une éducation de qualité, à promouvoir un travail décent pour tous et l’innovation, à accroitre la part des énergies renouvelables, à établir des modes de consommation et de production durable…

Le challenge est ambitieux et nous n’avons plus vraiment le choix que d’entamer une véritable révolution dans nos modes de vie !

L’économie circulaire pour répondre concrètement à la pénurie des ressources

Le succès de la mise en œuvre de cette révolution nécessitera l’action de tous : entreprises, gouvernements, communes, institutions et les citoyens grâce à leur choix de consommation

Depuis plusieurs décennies un grand nombre d’entreprises se sont engagées sans le savoir dans une dynamique économique qui utilise et optimise les stocks et les flux de matières, d’énergie, d’eau et de déchets. C’est ce que l’on appelle l’économie circulaire. Le plus souvent ces entreprises sont devenues leader de leur secteur. La mise en œuvre de ce concept bouleverse le mode de production établi depuis la révolution industrielle : au modèle de production linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter) se substitue actuellement un modèle basé sur la fermeture des cycles dans lequel le déchet devient une ressource.

Une véritable révolution qui en peu de temps va bouleverser notre système économique, tout ceci dans une dynamique de développement durable. Des pans entiers de l’économie vont devoir muter sous peine de disparaitre. Des programmes de formation spécifiques se mettent actuellement en place afin de former les acteurs qui seront engagés pour répondre à ce nouvel enjeu.

L’économie circulaire, c’est un concept intégrateur

L’économie circulaire, ce n’est pas seulement les ressources. Elle repose sur la mise en œuvre de plusieurs principes tels que : l’écoconception, l’écologie industrielle et territoriale, l’économie de la fonctionnalité (ou privilégier l’usage à la possession, vendre un service plutôt qu’un bien), le réemploi, la réutilisation, la réparation (une deuxième vie aux biens en panne), le recyclage.

Le succès de la mise en œuvre de cette révolution nécessitera l’action de tous : entreprises, gouvernements, communes, institutions et les citoyens grâce à leur choix de consommation.

1L’ensemble des mesures est repris sur http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/