Chargée de communication - Edora



Afin de répondre à ces enjeux, la transition se doit d’être la garante du passage progressif d’un système énergétique basé sur des énergies fossiles et fissiles vers un système plus durable et flexible, reposant principalement sur des ressources renouvelables. Ceci implique une série de mutations technologiques.

La Wallonie semble déjà avoir donné le ton en adoptant son plan air énergie climat 2030 basé, entre autres, sur un objectif de 23,6% d’énergie renouvelable à atteindre d’ici 2030. La Région mise ainsi sur la poursuite du développement éolien et photovoltaïque. Le plan comporte également une série d’autres mesures visant à optimiser l’efficacité du système (ex : réflexion sur une adaptation quant aux moyens de transport ou à une accélération de la rénovation énergétique des bâtiments).

Au-delà d’un recueil de bonnes intentions générales, il est maintenant essentiel que notre pays adopte les mesures adéquates qui permettront de répondre à un scénario énergétique suffisamment ambitieux, équilibré et prédéfini par secteur et filière.  La diversité des sources d’énergies durables et leur complémentarité auront un rôle important à jouer dans la décarbonation des secteurs de l’électricité mais également dans ceux de la chaleur et du transport. Ces trois secteurs devront être traités de manière cohérente tout en garantissant l’articulation de leurs interdépendances.

Le caractère variable et flexible de certaines sources d’énergie renouvelable permettra par ailleurs une plus grande flexibilité dans la gestion du système électrique afin de pouvoir réagir aux variations des injections et consommations.  Dans le système énergétique de demain, le consommateur sera appelé à jouer un rôle de plus en plus important en permettant ainsi des déplacements de consommation afin de mieux répondre aux pointes dans la demande électrique et d’éviter la construction de certaines nouvelles centrales. Les progrès technologiques, couplés aux économies d’échelles liés aux volumes croissants d’installations d’énergie renouvelable et au déploiement d’un réel marché de la flexibilité permettront de faire rapidement diminuer les coûts du système.

Pour faciliter cette dynamique et accélérer la transition énergétique, une tarification du carbone est également nécessaire afin d’appliquer le plus rapidement possible le principe du « pollueur-payeur » et financer ainsi, via un tax shift vertueux, les nouveaux investissements.