Elles adoptent alors une stratégie « verte » pour une optimisation énergétique combinée à une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, toutes les actions d’amélioration envisagées peuvent être influencées par un événement plus ou moins imprévisible. Il est indispensable de connaître les risques liés à chaque action projetée et de les gérer afin de prendre les bonnes décisions pour la pérennité de l’entreprise.

 Il ne s’agit pas ici d’annuler tous les risques associés à une action, mais bien de les évaluer et de les traiter de manière optimale, afin de définir le meilleur plan d’action possible. La gestion des risques passe nécessairement par quatre étapes distinctes.

Identification des événements

C’est une phase de diagnostic qui consiste à analyser de manière systématique tous les événements significatifs, présents et attendus, susceptibles de générer un risque. L’objectif est ici de comprendre ce qui peut arriver, comment, quand et pourquoi. Il faut être le plus exhaustif possible à ce stade.

Analyse des risques associés

Quels sont les risques associés à un événement ? Chaque risque sera évalué quant à son impact potentiel sur les résultats (également appelé sa gravité), mais aussi sur sa probabilité d’apparition (aussi appelé sa fréquence). Une analyse des risques revient donc à quantifier de manière objective l’impact potentiel et la fréquence d’apparition, de manière à obtenir un coefficient d’importance du risque.

Evaluation

Cette étape consiste à prendre une décision sur l’acceptabilité du risque : est-il admissible, ou faut-il mettre en place un ensemble de mesures complémentaires permettant d’influencer positivement sa gravité voire sa fréquence ? L’évaluation consiste également à porter un jugement unique lorsque plusieurs événements sont potentiellement présents de manière conjointe, ce qui est généralement le cas.

Traitement

En dernier lieu, il convient de définir quelles sont les mesures de prévention qu’il faut mettre en place de manière à maîtriser les événements sur le long terme et minimaliser les risques. Une action envisagée peut aussi être rejetée en regard d’un coût de traitement déraisonnable en comparaison des avantages attendus. A ce stade, il peut également s’agir de définir des mesures permettant de partager les risques.