Tarif de prélèvement

À Bruxelles et en Wallonie, les primes à l’installation sont toujours relativement importantes. Au sud du pays, une prime unique peut couvrir jusqu’à 45 % du montant global de l’installation. Elle est de 2 800 € pour une installation de 6 000 € et est plafonnée pour une installation plus coûteuse. Le gouvernement wallon envisage d’introduire un tarif de prélèvement dès 2019 pour couvrir les frais d’utilisation du réseau par les ménages qui y réinjectent leur surplus de production photovoltaïque. Mais, même dans cette éventualité, le photovoltaïque restera rentable et les économies réalisées couvriront largement l’éventuelle participation pour les frais d’utilisation du réseau.

En fonction de la maison

Au-delà de ces aspects, l’opportunité du photovoltaïque doit s’envisager en fonction du budget disponible du ménage, de sa consommation et aussi de la configuration du bâtiment. De combien de surface dispose-t-on ? Le toit est-il plat ou incliné ? En général, une pente de 30 à 35° assure un rendement optimal. Autres éléments à prendre en compte : l’orientation de la pente par rapport au soleil , la présence éventuelle d’obstacles (des arbres, poteaux, cheminées et bâtiments) plus élevés , la nature du revêtement de la toiture , l’état et l’isolation du bâtiment , etc. Ces éléments contribuent à déterminer les besoins énergétiques à couvrir et le calibrage de l’installation.

Au final, la puissance globale de l’installation permet de déterminer la production estimée sur l’année. Compte tenu des moyennes d’ensoleillement observées en Belgique, une installation de 4 500 kWc permet de couvrir tous les besoins d’un ménage qui consomme 4 000 kWh d’électricité par an.