« Il m’arrive souvent de croiser des téléspectateurs qui, lorsqu’ils me reconnaissent, m’abordent pour parler des phénomènes climatiques. Certaines questions reviennent régulièrement, car il est clair que les gens deviennent de plus en plus sensibles à la météo : cet été, par exemple, ils posaient des questions sur la canicule. Nous avons donc clairement une responsabilité, y compris au niveau économique, certains métiers dépendant de la météo. Ainsi, à la mer du Nord, des hôteliers me disaient récemment que la météo faisait partie intégrante de leur activité, car les prévisions peuvent avoir une réelle influence sur les réservations. »

Daniela applique au quotidien quelques comportements salutaires que tout le monde peut adopter également :

« Nous avons tous une responsabilité et nous pouvons agir en conséquence ! Je trie mes déchets, j’économise l’énergie au maximum, je ne prends ma voiture que lorsque c’est vraiment indispensable et je limite également ma consommation de viande. En effet, produire un kilo de bœuf engendre 80 fois plus de gaz à effets de serre qu’un kilo de blé ! J’achète sur des petits marchés en quantités modérées pour éviter le gaspillage. J’essaie aussi de faire de la récup pour les vêtements, les meubles, etc. Chacun peut donc apporter sa pierre à l’édifice pour sauvegarder la planète. »